Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
franckenlair.overblog.com

Blog, paramoteur, Bourgogne, Yonne et parfois ailleurs

Restes d'inondation (9 juin 2016)

Publié le 9 Juin 2016 par Franck

Il semble que la programmation météo soit 2 à 3 semaines d'un cocktail pluie-nuages-vent avec une fine couche de beau temps de 2-3 jours.

C'est ainsi que ce soir, le ciel est accueillant pour aller voir les derniers signes des inondations datant pourtant que d'une bonne semaine.

Le réservoir plein, je décolle avec le restant de vent qui s'était d'ailleurs mis à souffler durant l'après-midi.

La crue du Serein a semble-t-il retarder les travaux.

La crue du Serein a semble-t-il retarder les travaux.

Arrrghhh ... une araignée géante !

Arrrghhh ... une araignée géante !

Le château d'Héry ... déjà vu ... désolé.

Le château d'Héry ... déjà vu ... désolé.

Et encore, il se cache de l'eau en dessous des cultures.

Et encore, il se cache de l'eau en dessous des cultures.

Qu'est ce que ça devait être il y a une semaine !
Qu'est ce que ça devait être il y a une semaine !

Qu'est ce que ça devait être il y a une semaine !

Encore iciEncore ici

Encore ici

L'abbaye de Pontigny
L'abbaye de Pontigny

L'abbaye de Pontigny

Combien de briques voulez-vous ?

Combien de briques voulez-vous ?

Encore de l'eau ...
Encore de l'eau ...
Encore de l'eau ...
Encore de l'eau ...

Encore de l'eau ...

et les pluies annoncées pour la semaine prochaine ne vont rien arrangées .... quel mois sommes-nous ?

Restes d'inondation (9 juin 2016)
On peut hésiter entre un pull usé ou un champs.

On peut hésiter entre un pull usé ou un champs.

Quand ce n'est pas l'eau, c'est le vent qui attaque.

Quand ce n'est pas l'eau, c'est le vent qui attaque.

Même de loin, il donne l'impression d'être posé là par hasard.

Même de loin, il donne l'impression d'être posé là par hasard.

Un, deux, trois, revoilà la pluie !Un, deux, trois, revoilà la pluie !Un, deux, trois, revoilà la pluie !

Un, deux, trois, revoilà la pluie !

Le vent est désormais nul, et avant d'atterrir, j'ai l'impression d'avancer sans descendre et il me faudra sérieusement freiner la voile.

Une fois au sol, les moustiques sont joyeux d'avoir trouvé un copain (ou se vengent-ils du bruit ?), m'entourent et m'embrassent ... ce n'est pourtant pas l'été !

Commenter cet article